Marie et le lapin





- Marie et le lapin : Un plan séquence de 2 minutes 45 avec son, hyper réaliste. Formellement, la tête de lapin mort à quelque chose d’humain, comme une anamorphose. À l’origine c’est l’histoire d’une vision traumatique enfantine. Vacances à la campagne, la gentille fermière donne La leçon de chose au petit citadin de 8 ans : abatage et dépeçage du lapin. Tremblement de conscience, dévoilement ; si même les peluches sont mortelles, alors moi...?
Depuis ce petit drame existentiel, et même si je sais maintenant que les peluches sont quand même immortelles, je n’ai de toute ma vie jamais acheté de lapin sauf pour les besoins du tournage, la première et sans doute la dernière fois. De la pensée magique ? Je confesse en avoir mangé dans de très rares occasions, du bout des lèvres et pour ne pas passer pour un convive pénible. Pardon aux lapins.
Je suis heureux de ne pas être seul à avoir cette vision. Lecture du très beau livre d’Olivier Cadiot « Un mage en été », éd P.O.L (p.23) Lapin ! ordre bref via commande cerveau : un lapin s’incruste dans la cuisine, un bon petit lapin virtuel tellement précis qu’on voit battre son coeur sous le pelage. çà marche. Juste avant de le sacrifier sur l’inox. Vous voulez un crâne en anamorphose dans l’air. Fonction cuisine Holbein.